Peinture et signes 

"Une si grande partie de l'expression artistique relève de l'inconscient. Il me semble que c'est à l'inconscient qu'elle doit ce qu'elle a de plus important et que l'activité consciente n'y joue qu'un rôle secondaire". Hopper
Stage Peinture et signes
Peindre : une journée pour une approche et une pratique différente de la peinture, loin de l'académisme et de la performance artistique. Que faut-il pour peindre, pour créer ? Des crayons, des pinceaux, de la couleur, un support, une envie, un besoin. Penser qu'il faut un savoir, une connaissance, une compétence, une technique … c'est déjà penser ce que l'on doit faire, ce que l'on peut faire, ce qui doit être fait ; c'est déjà penser la fin du tableau. Comme si l'œuvre doit être pensée avant d'être peinte. Peindre, c'est exprimer sa créativité et donc être ni dans la comparaison, l'intention, l'imitation, la répétition, la modélisation ou la compensation. Durant cette journée de pratique, chacun pourra, grâce à une méthode simple et progressive (voir Les Images Non-Peintes d'Emile Nolde) être en mesure de re-trouver son écriture d'origine que le système éducatif cloisonne (système qui compare, répète, imite, projette, enferme, modélise). Apprendre à utiliser le chaos et non le fuir. Partir de ce qui devient. Expérimenter le lâcher-prise. « A la réflexion, il m'apparut que les taches sur le papier, bien que des plus indistinctes, m'avaient inconsciemment incité à exprimer l'aspect général d'un paysage ».                                                Alexander Cozens (1717-1786)
"Le peintre amateur qui pose pour la première fois sur le papier son crayon ou son pinceau, semble plus ou moins dans le même état d'esprit que le patient à ses débuts sur le divan pschanalytique. Les deux étapes, tant psychanalytique que créatrice, semblent exiger des conditions extérieures et intérieures similaires. Il y faut les mêmes "circonstances dans lesquelles il est sans danger d'avoir l'esprit ailleurs" (c'est-à-dire où la logique et la raison conscientes sont absentes de l'esprit). On rencontre la même répugnance à transgresser au-delà des limites rassurantes du processus secondaire et à "accepter le chaos comme une étape temporaire". La même crainte de la "plongée dans la non-différenciation et l'incrédulité dans les "forces organisatrices spontanées" qui émergent , une fois que la plongée est entreprise. On rencontre surtout la même terreur de l'inconnu", Anna freud, préface à "Rêver Peindre" de Marion Milner.
Philippe Casaubon, peintre français né à Saint-Brieuc en 1952, vit à Bagnolet et travaille en France.
          
          Que ce soit pendant ses études (Publicité) ou durant sa vie professionnelle (Vidéo, Maquettiste, Comédien), l’image l’a toujours guidé, parfois d’une manière inconsciente, dans ses choix et ses chemins personnels et professionnels.
 
          La fréquentation de différents ateliers (Vigilio Jattosti, Bruno Mathon, Jean-Yves Guionet) lui a finalement permis de trouver un style et une écriture originale. Jean-Yves Guionet a surtout été l’accoucheur et le révélateur de sa palette.
 
          La créativité, c’est sortir de la comparaison, de l’intention, de la répétition, de l’imitation, de la modélisation, de la compensation.    
 
La peinture est une science dans laquelle on ne trouve pas ce que l'on cherche mais où l'artiste découvre ce qu'il ne cherche pas. Philippe Casaubon pratique une peinture "darwiniste". Il part du fond et non de la forme, il utilise la matière, terreau fertile et impérissable, qu'il organise, harmonise, rythme, décompose et recompose. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Sa peinture commence là où s'arrêtent les mots et l'inconnu, l'aléatoire, le chaos servent de support à sa création.
 
Sortir de la comparaison, de l'imitation, de l'intention, de la répétition, de la modélisation, de la compensation.
 
Des années pour arriver à dépasser l'image et approcher ce qu'est la peinture.
 

Philippe Casaubon, French painter born in Saint-Brieuc in 1952, lives in Bagnolet and works in France.

Whether during his studies (Advertising) or during his professional life (Video, Modeler, Comedian), the image has always guided him, sometimes unconsciously, in his choices and his personal and professional paths.

Attending different workshops (Vigilio Jattosti, Bruno Mathon, Jean-Yves Guionet) finally allowed him to find a style and an original writing. Jean-Yves Guionet was above all the midwife and the revealer of his palette.

Creativity means getting out of comparison, intention, repetition, imitation, modeling, compensation.

Painting is a science in which one does not find what one is looking for but where the artist discovers what he is not looking for. Philippe Casaubon practises a "Darwinist" painting. He starts from the substance and not from the form, he uses matter, fertile and imperishable compost, which he organizes, harmonizes, rhythms, decomposes and recomposes. Nothing is lost, nothing is created, everything is transformed. His painting begins where words stop and the unknown, the random, the chaos serve as a support for his creation.

To leave the comparison, the imitation, the intention, the repetition, the modeling, the compensation.

Years to be able to go beyond the image and approach what painting is.




Créé avec Artmajeur